« Un duo, un binôme, une complémentarité. Etre deux est un plus. Etre un homme et une femme aussi. Posséder chacun ses talents, ses centres d’intérêt, ses spécialités – l’architecture d’intérieur pour Laurent Champeau, la décoration pour Kelli Wilde – tout en comprenant les exigences du métier de l’autre, tout en s’efforçant d’échanger, de dialoguer, de se stimuler, constitue un atout incontestable. Et permet de proposer, clefs en mains, des projets totalement aboutis, envisagés sous tous les aspects, pensés, conçus, suivis et réalisés de A à Z.

Ces projets, Champeau & Wilde les définissent de concert en partant des désirs des clients, des lieux, mais aussi en leur insufflant une âme, un esprit, un style qui leur est propre. Aimant l’histoire de l’art, l’architecture, et l’idée même de ce que l’on qualifie « grande décoration », ils appliquent les principes de celle-ci aux espaces qu’on leur confie sans jamais oublier ces notions essentielles appelées confort, modernité, sens pratique.

Soin du détail, raffinement des volumes, des matières, des formes, meubles dessinés sur mesure ou sélectionnés dans les meilleures maisons, matériaux nobles, alliance subtile entre les registres contemporain et classique… ils appliquent ces règles intangibles du raffinement à la française à leurs chantiers. Se portant garants de ces savoir-faire, se mettant à l’écoute des desiderata des clients – ils ne font pas partie de ces décorateurs-dictateurs qui imposent tout –, ils les réunissent dans des intérieurs qu’ils veulent vivables, aisés à habiter, « utilisables et confortables » car adaptés aux modes de vie actuels.

Car ce qui compte avant tout, pour Champeau & Wilde, c’est de traduire l’osmose entre ce que sera le lieu une fois achevé et son propriétaire. « Un lieu de vie n’est pas un espace froid, n’est pas une galerie d’art, n’est pas un musée passéiste, expliquent-ils. Mais un univers architecturé et chaleureux, au luxe discret, dans lequel on doit aimer être, et recevoir en toute décontraction ». L’harmonie du classicisme réinventé au service du quotidien en somme. »

Texte par Thierry Billard.